Vive la France républicaine : Elle vit toujours !

Vive la France républicaine : Elle vit toujours !

[Paris, le 14 septembre 2006]
Il est tard, et je repars demain. Mais vite, un mot sur le procès de ce jour. J’en ai manqué une grande part, attendant dans une antichambre avec les autres témoins. J’étais l’avant-dernier. Après ma propre déposition (voir mes conversation avec Enderlin, à propos du plan des lieux) j’ai pu assister à celle de Gérard Huber, auteur de Contre-expertise d’une mise en scène seul livre complet sur l’affaire Al-Durah (mis à part, peut-être, celui de Stephanie Gutmann, The Other War: Israelis, Palestinians and the Struggle for Media Supremacy). Puis vinrent les plaidoiries. L’avocate de France 2 ne posa aucune question aux témoins, et ne produisit aucun témoignage. Aucun des deux plaignants, Charles Enderlin et Arlette Chabot, n’étaient présents.

Après le dernier témoignage, de Gérard Huber, les juges suspendent l’audience pendant six minutes. Il est maintenant plus de 7 heures du soir. Pendant la pause, Nidra Poller me dit à quel point elle est impressionnée par le niveau des débats, en particulier les questions posées par le président du tribunal. L’audience reprend, d’abord avec l’avocate de France 2, puis le procureur de la République, une fonction que j’ignorais jusqu’à avant-hier. Ce magistrat, représentant le ministère public, donne son interprétation des faits du point de vue de l’intérêt de la Société et formule des recommandations.

L’avocate de la chaîne nous gratifia d’une plaidoirie remarquablement terne, répétant le credo que Charles Enderlin et France 2 ressassent depuis des années, comme si elle n’avait rien entendu des déclarations des témoins cités ni rien lu du volumineux dossier préparé par la défense. Elle mit en doute la confiance que l’on pouvait accorder aux témoins, minimisant leurs déclarations et récusant leur qualification. Il paraîtrait que j’aurais dit, euh…, ne pas savoir grand chose, et, de toute façon, qu’est-ce qu’un médiéviste peut connaître en images [et en falsifications] ? Jamais critique ridicule ne m’avait autant amusé.

Puis vint le tour de Madame la procureur de la République. Un auteur n’aurait pu écrire un plus excellent discours.


Le meilleur de la société civile, honnêteté, responsabilité, équité, transparence, mise en perspective… Les dangers d’un quatrième pouvoir sans contrepoids… Le droit de l’opinion à l’information, et par conséquent le devoir pour France 2 de diffuser les enregistrements de leur cameraman Talal Abou Rahmeh… Oui, le prévenu a bien porté atteinte à la réputation de Charles Enderlin en tant que journaliste, mais en étayant ses accusations sur un faisceau d’éléments… Qu’il ne s’agit pas d’un cas banal de diffamation, comme lorsqu’une personne en insulte gratuitement une autre, mais de critiques soigneusement réfléchies et argumentées… Que les termes très durs utilisés n’étaient nullement injustifiés dans le cadre d’une affaire où l’on veut susciter l’attention de l’opinion publique… Que souhaiter “que Charles Enderlin tombe” n’était pas délictueux.

Et elle fit aussi de nombreuses références aux dépositions des témoins, venus parfois de loin, souligna que la cause avait des implications internationales, et pas seulement françaises, et que ces images avaient eu des conséquences dommageables pour beaucoup de gens.

Puis ce fut le tour de l’avocat de Philippe. Le prévenu s’exprima brièvement en dernier, concluant par cette constatation qui était la seule chose à ajouter aux réquisitions du ministère public : France 2 et Charles Enderlin ont recours aux tribunaux pour éviter de répondre aux critiques, et que s’ils avaient rendu publics tous les enregistrements et accepté une enquête indépendante, ces poursuites n’auraient pas eu lieu d’être.

Chouette ! Les valeurs de la République ont remporté aujourd’hui une première victoire. Voici la France dont je me suis épris enfant, puis étudiant lecteur de Michelet, chercheur en histoire médiévale aux côtés d’intellectuels enthousiastes, de ce grand peuple inspiré, aux institutions avisées et équitables, aux idéaux sincères, aspirant à l’intégrité. Le peuple de la trêve de Dieu et des premiers jours grisants de la Révolution.

Ne nous emballons quand même pas trop vite… Ce n’est qu’un haut magistrat, modèle d’intégrité, dans l’exercice parfait de ses fonctions, et un prévenu qui se défend intelligemment de son mieux.

Les juges rendront leur décision le 19 octobre, une semaine avant le procès suivant, qui se tiendra le 26, et auquel je témoignerai également.

La partie n’est pas jouée, et France 2, ainsi que les autres grands médias français, ont sans doute mieux pour les défendre qu’un avocat qui s’ennuie. Personne n’envisage sereinement une fin de carrière humiliante. Et les plaignants, Charles Enderlin, Arlette Chabot et France 2, ont encore bien des ressources à leur disposition.

Restez en ligne, et lisez Nidra Poller.

Mise à jour: Les sept phrases de conclusion de Philippe Karsenty:

“Je suis de bonne foi et voici ce que je souhaite rappeler pour le prouver :
- Il y a trop d’incohérences, de contradictions, d’invraisemblances dans le film de France 2 et les commentaires qui ont suivi cette diffusion. Pour s’en rendre compte, il suffit même de regarder les photos de la couverture du livre de Gérard Huber.
- Le faux reportage a été réalisé par le caméraman palestinien Talal ABu Rahma, diffusé par France 2 et couvert par Charles Enderlin et sa hiérarchie.
- Il ne reste que les images et les accusations sont basées sur les images : alors, expertisons les images !
- J’ai été transparent tout au long de ce procès et de cette procédure, j’ai présenté tous les éléments dont je disposais pour affirmer de bonne foi que c’est une mise en scène.
- France 2 cache ses 27 minutes de rushes qui sont censées prouver sa version et sa bonne foi. Pourquoi ? Pourquoi ne pas avoir produits ces 27 minutes de rushes pour nous faire taire définitivement ?
- Je ne peux pas prouver qu’un événement qui ne s’est pas produit n’a pas eu lieu. La charge de la preuve est donc sur France 2.
- France 2 a voulu instrumentaliser la justice pour faire taire les critiques et faire croire que son reportage est authentique. Ne les laissez pas faire.

5 Responses to Vive la France républicaine : Elle vit toujours !

  1. igout says:

    As this lumpish anglo-saxon understands it, a powerful argument to be deployed by Fracne2 is that, were these charges of falsification to stand, the French media, indeed France itself, would be the laughing stock of the world. Such is the fear of being ridicule over there. But so far, so good and maybe we’ll get to dance la carmagnole next month.

  2. [...] vant la cour. Pour mes premières réactions au procès numéro 1 (contre Karsenty), voir Vive la France républicaine : Elle vit toujours ! Pou [...]

  3. Grindel Marie says:

    Bravo pour cet excellent compte-rendu et article.
    Merci beaucoup pour la peine prise par tous les
    defenseurs de la verite, de la liberte, pour que
    cesse l’ignominie et la forfaiture de Charles Enderlin
    et de France 2.
    Il y va de notre avenir.
    Marie Grindel

  4. kaminsky says:

    Ne pouvez vous pas faire un procès à France 2 pour avoir extrapoler la mort d’aldura en n’ayant aucune preuve puisque nous le voyons pas mourir alors que C enderlin l’affirme sans preuve ? Sans ces rushs, C Enderlin ne peut se défendre !

  5. [...] mêlés à cette série de trois procès en diffamation autour de l’affaire Al-Durah à la sortie de la première audience. Le procureur l& [...]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>